»
cahier français
22.03.2012
Une étude sur les lauriers du sport
Les grands événements sportifs rapportent, en particulier à l'hôtellerie. Cependant chaque événement n’est pas forcément lucratif: un nouvel instrument d’évaluation aide à effectuer la sélection.
Gudrun Schlenczek

En Suisse, on dénombre 230000 événements sportifs par an, dont 70 grands événements. Le chiffre d'affaires total s'élève à 1,2 milliards de francs, les 70 plus grands rapportant à eux seuls le quart de cette somme, soit 355 millions de francs. Et parmi ces derniers, les 17 événements sportifs les plus importants génèrent plus de la moitié. C’est ce qu’a montré une étude de Rütter & Partner présentée la semaine dernière lors du séminaire «La promotion de la destination par les événements sportifs», au Swissporarena à Lucerne. Ces 17 événements sportifs, parmi lesquels figurent entre autres le Tour de Suisse, Athletissima, l'Omega European Masters de Crans-Montana et le Concours Hippique International de Genève rapportent 200 millions de francs de chiffre d’affaires au total, dont 40% revient à l’industrie de l’accueil en tant que bénéficiaire principal.

Mieux encore: en termes de valeur ajoutée brute: «La part du lion revient à l’hôtellerie», dit Heinz Rütter de Rütter & Rütter, soit 54% sur un total de 75,3 millions de francs. En moyenne 90000 personnes fréquentent l’un de ces 17 grands événements, et une personne sur cinq séjourne sur place. Heinz Rütter différencie les événements d’intérieur de ceux en plein air. Ces derniers ne rapportent pas seulement plus de visiteurs (207000 en moyenne), mais aussi plus de nuitées: près de 50000 par événement pour à peine 20000 pour les autres.

«En raison du grand nombre d’événements, il est d’autant plus important que les destinations choisissent ceux qui leur correspondent», a souligné le professeur Jürg Stettler de l’Université de Lucerne lors du congrès. «Idéalement, la stratégie de l’événement devrait découler de la stratégie de la destination.»

Jürg Stettler et Heinz Rütter proposent un instrument d’évaluation: l’«Event Management System». Outre la concordance stratégique, il faudra aussi revendiquer l’importance économique. Jusqu’à maintenant seule la destination Engadine St-Moritz l’a expérimenté.

«Avec cet outil, nous disposons d'un vrai argumentaire pour l’attribution de fonds», explique Ariane Ehrat, CEO de la destination. «Ainsi, les trois quart des organisateurs respectent la décision prise, lorsqu’ils obtiennent moins qu’auparavant.»

Le coût de cet outil: un forfait de base de 10000 francs. Sans doute l’une des raisons pour laquelle si peu de destinations l’ont utilisé.

  
aktuelle Ausgabe der htr
hoteljob.ch - Stelleninserate
htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien