»
actualité
8.09.2017
Le poids du prix du livre
La deuxième journée nationale de collecte de signatures de l’initiative «Pour des prix équitables» a eu lieu aujourd’hui. Le PDG des librairies Payot explique son engagement en faveur de l'initiative pour des prix équitables.

Pascal Vandenberghe, pouvez-vous nous expliquer ce qui en tant que PDG des librairies Payot vous a conduit à rejoindre le comité de l’initiative fédérale pour des prix équitables au côté notamment d'hotellerie­suisse?
Comme les hôteliers, nous travaillons dans des métiers de service en B2C où on ne peut pas être compétitif en matière de prix en l'état actuel. En tant qu’acteur du commerce de détail, nous ne sommes pas épargnés par la distorsion de concurrence consécutive à l’impossibilité de s’approvisionner à l’étranger. Dans le domaine du livre, on peut dis- tinguer le marché francophone et germanophone. En Suisse alémanique 80% de la production vendue vient d’Allemagne, en Suisse romande le même pourcentage est importé de France. Mais le marché germanophone permet la concurrence entre fournisseurs garantissant l'étanchéité entre les trois étages de la chaîne: éditeurs, grossistes, revendeurs. Il en va tout autrement en Suisse romande où le modèle français de diffusion distribution exclusive s’applique.

Ce qui signifie concrètement…
Que le livre d’un éditeur ne peut être commandé par le libraire que chez un seul fournisseur. Cette exclusivité fige toute forme de concurrence. Le diffuseur devient seul maître du prix d’achat d’un livre. A cela s’ajoute une distorsion de concurrence sur le marché domestique. La Fnac, société française dotée d’un centre logistique en France, qui reste notre principal concurrent sur le marché romand, a pu contourner le système en s’approvisionnant depuis 2012 directement en France, contrairement à nous société suisse qui achète en Suisse. Donc la Fnac, deuxième acteur du marché domestique, qui pèse 2,5 fois moins en termes de chiffre d’affaires que nous, bénéficie d’un prix d’achat de 15 à 20% inférieurs aux nôtres. Pensez-vous que la population peut comprendre un argumentaire aussi technique? Oui, parce que la question reste beaucoup plus générale. Elle concerne tous les métiers où un prix d’achat élevé se répercute sur le prix de vente avec des intermédiaires qui nous contrai­gnent au renchérissement. Mon problème concerne le prix du livre mais le consommateur confronté aux prix chers peut comprendre que l’on doit additionner plusieurs facteurs, comme le prix d’achat élevé, des loyers plus élevés et la différence de niveau salarial entre la Suisse et la France. Un libraire qui sort d'apprentissage en Suisse est payé deux fois et demi de plus qu’un libraire chevronné en France.

On peut aussi penser qu’à travers cette initiative vous tentez de réagir une nouvelle fois à un sujet déjà abordé à travers le projet de loi sur le prix unique du livre rejetée par le peuple en mars 2012…
Il faut se rappeler que tous les cantons romands et bilingues avaient accepté le texte. On a obtenu 70% des suffrages dans le Jura. Cela m’amuse que le conseiller national Philippe Nantermod se présente comme le grand vainqueur de la campagne. Sur le plan des idées nous avons su imposer l’utilité du prix du livre face à des adversaires de poids comme la Comco ou Monsieur Prix. Pour nous il s’agit d’une victoire d’honneur en Suisse romande.

Comment regardez-vous les problématiques propres à l’hôtellerie?
Je compatis. Le tourisme souffre réellement du franc fort. On veut maintenir l’illusion de la Suisse vécue comme un pays libéral. Alors que des PME, comme de nombreux hôtels, souffrent d’un carcan systémique qui empêche une concurrence saine et équitable.

Pourtant vous restez sévère par rapport à certaines de vos expériences hôtelières ou de restauration personnelle…
Oui, à certains endroits, surtout en Suisse romande, dans le segment moyen supérieur je trouve que certains ne sont pas au niveau en termes de service et cela m’agace. Evidemment mon regard n’est pas scientifique et il y a des établissements formidables.

Lire l’interview complète dans hotelrevue du 7 septembre.

  
aktuelle Ausgabe der htr

» epaper
» abo
» archiv
» mediadaten

Die htr erscheint neu 14-täglich.

hoteljob.ch - Stelleninserate

hoteljob.ch das Stellenportal für die Hotellerie, Gastronomie und den Tourismus mit monatlich über 410‘000 Seitenzugriffen.

Aktuelle Jobs auf hoteljob.ch:
htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien