»
actualité
15.03.2017
Les hôtels non rentables ne pourront pas sortir du marché
Le Conseil des Etats a rejeté aujourd’hui la motion du Valaisan Beat Rieder. Il demandait que les hôtels non rentables puissent se transformer entièrement en résidence secondaire. Déception de la branche de l’hôtellerie-restauration.

Le Conseil des Etats ne veut pas assouplir la loi sur les résidences secondaires. Après de longues discussions, il a finalement rejeté la motion «Réaffectation d’établissements d’hébergement organisés. Pas de demi-mesure!» du conseiller aux Etats Beat Rieder (VS/PDC) à 22 voix contre 18 et 5 absentions. Celui-ci demandait que les hôtels non rentables puissent être transformés entièrement – et non pas seulement à 50% – en résidences secondaires. Dans un communiqué commun, la Fédération suisse du tourisme, hotelleriesuisse, Gastrosuisse et Parahôtelleries Suisse affichent leur déception. Pour la branche de l’hôtellerie-restauration, cette décision «ne répond pas aux besoins du marché» et «entrave la mutation structurelle dans l’hôtellerie».

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur les résidences secondaires, la réaffectation d‘hôtels non rentables en résidences secondaires est limitée à 50% de leur surface utile. «Cette réglementation n’est guère applicable dans la mesure où l’affectation des 50% restants est difficile à organiser. Dans de nombreuses communes des régions alpines, la demande en résidences principales est inexistante, quand il n’y a pas franchement situation de suroffre», expriment les représentants des organisations faîtières. A leurs yeux, la réglementation actuelle constitue «un obstacle sérieux» à la sortie du marché pour les hôtels concernés.

«La motion de Beat Rieder aurait créé un cadre légal optimal sans compromettre l’objectif de l’initiative sur les résidences secondaires», estime la branche de l’hôtellerie-restauration. Selon cette dernière, elle aurait permis d’éviter un bétonnage supplémentaire du paysage. Pour les familles concernées, une réaffectation complète aurait apporté un soulagement dans une situation financière difficile.

Les organisations faîtières impliquées annoncent «prendre le Conseil des Etats au mot» et «attendre que la loi soit soumise à une révision complète, quatre ans après son entrée en vigueur». (htr/lb)

  
aktuelle Ausgabe der htr

» epaper
» abo
» archiv
» mediadaten

Die htr erscheint neu 14-täglich.

htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien