»
cahier français
18.11.2010
Le chocolat par les sens
La Maison Cailler, à Broc, surprend par son concept et par son affluence. Le Milestone 2010l’a couronnée d’un deuxième prix.
christine künzler

Le chocolat, son origine, sa signification, sa naissance, son goût. Steiner Sarnen Schweiz AG, un atelier de création de scénographies et de concepts muséaux, a conçu à la Maison Cailler, à Broc, une exposition qui surprend, fascine et émeut. L’histoire de la chocolaterie Cailler, illustrée par de vieilles photos, d’enseignes en fer blanc et d’emballages de toutes sortes, initie le visiteur au thème de la douceur: lors d’un voyage en Italie en 1819, François-Louis Cailler découvre le chocolat, puis le vend dans sa boutique à Corsier. Alors, le visiteur – par groupes de 20 personnes – remonte le cours du temps jusqu’aux Incas, découvreurs de la fève de cacao. Des effluves de chocolat accompagnent le visiteur vers ce passé: dans la chocolaterie adjacente, la matière première est transformée en plaques, branches ou pralinés. Dans les salles d’exposition, le visiteur suit le chocolat dans son parcours jusqu’en Suisse de manière sensuelle et captivante.

Ce n’est pas seulement passionnant, cela suscite aussi l’envie de chocolat. Et l’assouvit. Mais pas tout de suite: passage obligé devant les sacs de fèves de cacao ainsi que les autres ingrédients qui composent le chocolat et apprendre que le lait – comme toujours – est livré par 56 agriculteurs de la région. Alors seulement, on peut grignoter: sur la ligne de production de 26m de long, séparé des visiteurs curieux par des parois de verre, un collaborateur Cailler produit des mini-branches. Certaines finissent dans une coupe à la fin de la chaîne, dans laquelle le visiteur peut piocher. Dans leur euphorie, certains ne s’en fourrent-ils pas plein les poches? «Bien évidemment», confirme Thomas Tschuor, le directeur de la Maison Cailler. «Mais pour quelques personnes mal éduquées, nous n’allons priver les autres de ce plaisir.» Avant la sortie, il est possible de redéguster les produits de la gamme Cailler qui peuvent aussi être achetés dans la boutique adjacente. Des T-shirts et des affiches sont également des souvenirs très appréciés.

L’objectif annuel a été atteint dans les premiers mois déjà. Le concept créé par Steiner est de toute évidence le bon. Début septembre, la Maison Cailler a accueilli le deux cent millième visiteur depuis son ouverture le 1er avril, alors que la cible annuelle avait été fixée à 180000 visiteurs. «Nous avons eu une bonne couverture médiatique lors de l’ouverture», déclare Thomas Tschuor, qui y voit la raison probable de ce grand succès.

La fréquentation comprend un tiers d’enfants
Et pour que le visiteur plonge avec délectation au cœur de l’univers du chocolat, Cailler a pris le temps «de créer une attraction qui surprend, touche le cœur et les sens et soit propice aux familles». D’où un prix d’entrée modéré pour les adultes de 10 francs. Conséquence: la fréquentation comprend un tiers d’enfants. Les visiteurs, pour la plupart, viennent de Suisse romande. «Nous saluons aussi de nombreux visiteurs étrangers, jusqu’à 50% l’été dernier.»

Thomas Tschuor entend intégrer la Maison Cailler dans l’offre touristique et la promouvoir par ce biais. Plusieurs hôtels offrent des forfaits dans la région. Il travaille également en collaboration avec Rail Away, les caristes et le «Golden Pass». Thomas Tschuor prévoit d’étendre la coopération touristique. Il est convaincu que «l’attraction doit croître de l’intérieur vers l’extérieur.»

 

Adaptation Françoise Zimmerli 

  
aktuelle Ausgabe der htr

» epaper
» abo
» archiv
» mediadaten

Die htr erscheint neu 14-täglich.

htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien