»
cahier français
26.09.2014
Visite de Genève avec l'habitant
Les «greeters»: des guides touristiques pas comme les autres. Tel est le nouveau service proposé par une association de bénévoles dans la cité de Calvin.
Alexandre Nicoulin

Nous voulons oeuvrer pour l’image de notre ville et participer à la vie locale», s’enthousiasme Alain Hirt, genevois d’adoption à l’origine du lancement des «Geneva greeters. Le concept est des plus simples: les greeters offrent via leur site internet des visites personnalisées et gratuites à des personnes ou des petits groupes. Il suffit de s’inscrire et de spécifier ses intérêts, ses envies, sa langue et le coordinateur vous orientera vers le greeter qui semble coller au plus près de votre profil et de vos désirs. «Ce système permet aux visiteurs avides d’authenticité de découvrir une ville à travers la rencontre de vrais locaux», explique son fondateur.

Un petit supplément d’âme et des tuyaux
Car en effet, un greeter ne vise pas l’exhaustivité mais aspire plutôt à partager ses coups de coeur et à transmettre la tendresse qu’il porte à son quartier et à sa ville. Avec en prime, bons plans de derrière les fagots et petits tuyaux persos. Ainsi, Alain Hirt ne conçoit pas une visite de son quartier sans passer par le pont ferroviaire qui juche la Pointe de la Jonction et offre un point de vue aussi inattendu qu’imparable sur la ville. Le tout, sans échange d’argent. «Nous faisons du bénévolat, insiste Alain Hirt. Un greeter peut éventuellement accepter à l’issue de la visite un café ou un petit cadeau symbolique, mais la gratuité fait partie de notre charte.» Procéder à une donation est néanmoins possible via leur site web. Mais où les greeters puisent-ils leur motivation? «Certains s’impliquent dans une association caritative, d’autres font de la politique. Nous, nous désirons faire découvrir notre ville», explique Alain Hirt, un coordinateur féru d’histoire qui, après une carrière dans le monde des multinationales, bifurque aujourd’hui vers le tourisme en effectuant un master à la Haute école de Lucerne.

Une alternative soutenue par Genève Tourisme
Ses comparses sont au nombre de quinze, mais leur nombre est voué à gonfler. Ils ont entre 20 et 65 ans et viennent de tous horizons. Un architecte, une jeune femme fraîchement diplômée de l’école hôtelière, un retraité: la palette est plutôt large.

lire la suite de l'article

  
aktuelle Ausgabe der htr

» epaper
» abo
» archiv
» mediadaten

Die htr erscheint neu 14-täglich.

hoteljob.ch - Stelleninserate
htr immobilienbörse

Die Online-Plattform für Hotel- und Restaurant­immo­bilien