Un des trésors les plus méconnus, visible gratuitement pendant la Fête des vignerons reste «Friends etc. La collection de Pierre Keller», au musée Jenisch de Vevey. La visiter permet de rendre un dernier hommage au bouillonnant ancien président de l’Office des vins vaudois disparu récemment (voir hotelrevue du 11 juillet) et de découvrir des trésors de l’art et du design contemporain. En curieux et en malicieux, Pierre Keller n’achetait pratiquement que des œuvres dans leur lieu de production, à des artistes qu’il connaissait personnellement et dont il estimait le travail.

Une collection compulsive avec quelques invités prestigieux et inattendus. Comme ce dessin «chaise en suspension» d’Alberto Giacometti. Ou «Sans titre» 1982 d’un certain David Bowie que Pierre Keller, alors enseignant au gymnase du Bugnon invita pour un atelier haut en couleur. On y retrouve toutes les facettes de Pierre Keller. Celle du directeur de l’ECAL, haut lieu du design mondial, qui permet d’admirer, «Cloth» une incroyable table froissée de Henny van Nistelrooy, en résine et fibre de verre. Celle de l’amoureux de l’art concret à travers d’incroyables monochromes d’Olivier Mosset. Celle du collectionneur par amitié avec mille facettes de l’art de John M Armleder, notamment ce puissant mur rouge fait des meubles USM et deux acryliques sur toiles.

Puis le plus touchant, le versant intime de Pierre Keller fait de postures, d’impostures, d’humour criard et lumineux dont les titres renvoient directement au trublion de Saint-Saphorin: «Je pense donc je suisse» de Ben Vauthier, «Touche-moi» de Didier Rittener ou «Un pantalon dans un coin» de Markus Raetz.

Enfin le versant le plus ouvertement érotique de la collection, déconseillé aux jeunes regards. Les enveloppes phalliques de Josef Felix Muller envoyées à Grandvaux ont dû faire dresser plus de cheveux que de membres au saint des saints de la Poste.

museejenisch.ch