«Les trois premiers mois de l’année 2017, plutôt doux mais très peu enneigés, n’ont pas souri aux hôteliers et restaurateurs vaudois», annonce un communiqué de presse. Selon la Commission conjoncture vaudoise, quatre établissements interrogés sur dix annoncent une baisse de leur chiffre d’affaires au premier trimestre 2017, alors que seuls 27% d’entre eux peuvent se réjouir d’une amélioration de leur situation. En termes de bénéfice, 16% des hôteliers et restaurateurs tirent un bilan positif par rapport au premier trimestre 2016, alors que 46% d’entre eux voient leur bénéfice se contracter.

Les nuitées vaudoises, en baisse durant cette période, ont notamment subi le recul des touristes étrangers. Les hôtels de catégorie supérieure (4 et 5 étoiles) sont particulièrement concernés par cette situation: 70% d’entre eux déplorent un recul de fréquentation des hôtes étrangers, selon la publication. Les hôteliers vaudois interrogés affirment toutefois compter sur la fidélité des hôtes indigènes. C’est le cas en particulier des hôtels 3 étoiles: 45% d’entre eux annoncent une hausse des nuitées suisses alors que 24% disent maintenir le niveau élevé atteint en 2016. Du côté des restaurateurs, les petits établissements comptant moins de 6 employés se montrent le plus satisfaits: 38% annoncent des ventes en hausse. Les restaurants plus grands sont 21% à dresser à bilan positif.

Réservations en hausse
Les hôteliers et restaurateurs vaudois font généralement preuve d’optimisme pour le second trimestre: 30% d’entre eux espèrent une reprise de leurs affaires, alors que 20% redoutent une nouvelle dégradation. Cette confiance se maintient à plus long terme, avec une majorité d’établissements qui envisagent une progression, ou tout du moins, une stabilisation de leurs affaires à un horizon de six mois.

Les hôteliers vaudois se montrent confiants. Les établissements vaudois, majoritairement ceux de catégoriesupérieure, s’appuient sur des réservations en hausse et tablent sur une progression de la fréquentation,en particulier des hôtes étrangers. Les hôteliers interrogés sont partagés quant aux tarifs à appliquer ces prochains mois. Ils sont aussi nombreux (29%) à envisager baisser leur prix, qu’à les revoir à la hausse. (htr/lb)